• Login
Arts Traditionnels
Arts Traditionnels
Arts classiques
Arts dramatiques
Arts Visuels

Coopération culturelle : l'histoire d'Ella Havelka diffusée aux élèves et professeurs du Conservatoire

vendredi 18 octobre 2019

Certains parcours de vie sont émouvants : celui d'Ella Havelka en fait partie. Le documentaire raconte comment une petite fille australienne d'origine aborigène tombe amoureuse de la danse classique après avoir vu une retransmission du fameux "Lac des Cygnes".
Ella, malgré son jeune âge et son milieu modeste, affrontera pourtant toutes les épreuves, soutenue par sa maman célibataire et par ses premiers professeurs, qui ont cru en elle.

La problématique de la double culture est bien évidemment au cœur du documentaire. Une problématique ayant interpellé le professeur de 'orero du Conservatoire, John Mairai, dont les réalisations et les mises en scène évoquent souvent cette même question.

On suit la jeune femme au moment où, après quatre ans à danser pieds nus au sein de la compagnie aborigène contemporaine Bangara, elle est invitée à intégrer l’Australian Ballet. C’est un retour à ses premières amours mais il ne se fera pas sans souffrance : il faut se réhabituer aux pointes, subir la compétition entre danseuses… Dans le même temps, la jeune femme se penche sur la culture aborigène dont elle est l’héritière mais dont elle doit retisser les fils. Sa mère, présente dans le documentaire, est issue de la « génération volée » et l’accompagne dans ce voyage.

Avant le début de la projection qui se déroulait dans la salle du grand auditorium de l'établissement, Madame Carrington, qui avait assisté plus tôt à un cours de 'ori tahiti dirigé par Vaehakaiki Urima, a tenu à adresser quelques mots à l'assistance, remerciant le Conservatoire artistique TE FARE UPA RAU d'avoir ouvert ses portes pour ce partage d'émotions, et évoquant, dans le futur, la poursuite des échanges culturels avec le Fenua.

https://www.youtube.com/watch?v=UrCs6MxIIDQ

La passion d'enseigner et d'apprendre.

© 2019 Conservatoire artistique de la Polynésie française. Tous droits réservés.