LES VŒUX 2018 DU DIRECTEUR DU CONSERVATOIRE

​CAPF TIPAERUI (18/01/18) - Le directeur du conservatoire artistique de la Polynésie française, Te Fare Upa Rau, Fabien Dinard, a présenté ce matin ses vœux au personnel administratif et pédagogique de l'établissement. 

Rapellant toute la place que le CAPF tenait dans le coeur des Polynésiens,  Fabien Dinard a souhaité bon courage à chacun. Ce d'autant que de février à juillet prochain, du premier concert de l'année - le ciné-concert des classes de piano, ce samedi 17 février à Pirae (15:00) -  au spectacle de la troupe Hitireva sur le Marae Arahurahu en juillet et début août, l’établissement présentera pas moins de 17 concerts et galas face au grand public et aux mélomanes.

Le directeur a par ailleurs mobilisé les personnels du CAPF sur la tentative de battre le record du monde de joueurs de Ukulele, que le Fenua tentera le samedi 24 février prochain à 17:00, au stade Pater. Un défi à la hauteur de la passion que les Polynésiens portent à cet instrument mythique.

Ci-dessous le discours et les vœux du directeur

"Comme le veut une tradition qui a du bon, je vous présente, au nom de l'équipe administrative et technique, nos vœux les meilleurs pour l'année 2018, une année déjà bien entamée.

Que cette année vous soit tout d'abord favorable sur les plans personnels et familiaux. J'espère que nous serons préservés de la maladie, que al santé sera solide et au rendez-vous de notre vie quotidienne. Je pense, ici et maintenant, à ceux qui sont partis, ceux qui nous manquent.

Avec une mention toute spéciale à Christine GOYARD, notre professeur de flûte, qui a tant donné pour l'établissement. Nous l'encourageons dans son combat

Je voudrais que vous sachiez que pour moi, le terme de "Famille", que j'applique souvent à notre équipe, n'est pas un vain mot. Nous devons RESTER SOLIDAIRES parce qu'une famille est solidaire. Nous n'en serons que plus forts. Solidaires et responsables.

Je tiens à ce titre à partager avec vous quelques éléments extraits du discours de notre président, Edouard Fritch, discours prononcé ce lundi face aux chefs de service et d'établissements de l'Administration.

" Je vous invite à revenir régulièrement aux principes de base du service public que sont l'intérêt général, la continuité du service, l'égalité de traitement et la neutralité, à remobiliser sur ces valeurs pour qu'elles restent ou deviennent réalité. Au-delà il ne faut pas oublier de remettre également en avant les valeurs humaines de respect et de solidarité. Par exemple, les 49 services ne font qu'un avec la collectivité de la Polynésie française, elle-même soutenue par ses établissements publics et ses sociétés publiques.

Tous doivent agir ensemble, dans le même sens et abandonner tout esprit individualiste, de corporatisme ou de concurrence.

Rien ne vaut le travail collectif, rien ne vaut le travail interministériel pour réussir collectivement.

Si l'exigence de qualité envers nous-mêmes, nos collègues et partenaires ou l'usager doit être forte, revenir sur les valeurs fondatrices du service public, c'est revenir sur le sens de l'action publique, sur ce qui la motive et sur ce qui la singularise.

S'il y a des droits, ils sont nécessairement en correspondance avec des devoirs, à la hauteur, voire même supérieurs aux premiers."

Une grande année nous attend. Grande, parce que l'établissement a grandi. Nous nous approchons de notre quarantième anniversaire, que nous fêterons dans deux ans. Nous dépassons les 1900 élèves. Le champ des activités et des cursus s'est agrandi.

Notre établissement est reconnu mais également, très attendu par la population et tous les amoureux de la culture, qu'elle soit traditionnelle, classique ou même moderne. Nous sommes observés, nous sommes une référence dans le monde de la Musique, de la danse et des arts en général.

Nous avons un rang, une place à défendre car nous portons des valeurs et des missions qu'il convient de remplir en étant conscients de la chance que nous avons.

Les événements que nous organisons dans nos murs et hors nos murs sont plus nombreux, d'année en année.

C'est d'ailleurs à la fois une constatation et un souhait que nous partageons avec l'inspecteur de la Culture, M. ESTIVAL, qui nous a rendu visite il y a quelques semaines et dont nous attendons le rapport définitif. L'inspecteur souhaitait que le Conservatoire artistique sorte de ses murs le plus souvent possible et intègre les grands moments de la vie du Pays.

Nous l'avons fait fin décembre pour un concert spécial à la Présidence, en hommage aux enfants porteurs de handicap, et je félicite les professeurs mobilisés pour l'occasion, tout comme je dis également Mauruuru aux formations ayant animé les concerts caritatifs de fin d'année, pour les enfants malades et dans les jardins de Paofai, pour le Noël des Solidarités.

De février à juillet, sans compter nos auditions mensuelles, nous aurons 17 rendez-vous, concerts et galas, spectacles.

Certains événements mettent en scène nos jeunes artistes débutants, et sont d'essence pédagogique; d 'autres sont plus ambitieux et font appel au choix du grand public.

Nous devons relever ces défis sans perdre de vue nos propres objectifs et le premier d'entre eux : l'excellence, dans la transmission des pratiques et des savoirs.

Nous restons une école d'Art, et nos objectifs pédagogiques sont bien de faire évaluer nos élèves face au public.

Mais nous devons également penser au succès populaire des événements, ce que nous rappellent en permanence les partenaires avec lesquels nous évoluons en co production comme la Maison de la Culture.

Sur ce point, je vous demanderai de bien relayer nos informations et nos dates auprès de vos élèves et parents, amis, proches : merci également de venir soutenir dés que cela vous sera possible vos collègues et pour toutes les activités de toutes les sections : traditionnelle, classique, théâtre, arts visuels.

Je tiens à saluer nos nouveaux collaborateurs, qui sont venus renforcer nos équipes avec le talent qu'on leur connaît : Mimifé, qui était très attendue, Hell Ton John, avec lequel les arts visuels s'ouvrent aux arts graphiques. Je salue également le retour d'un grand ancien, Jean-Marie, qui partagera la direction de l'orchestre symphonique avec Frédéric Rossoni.

Je tiens enfin à remercier , outre notre responsable pédagogique, Guillaume, pour son travail de coordination, toute l'équipe des arts traditionnels, grâce à qui nous avons fait aboutir deux projets majeurs et marquants :

- le livre des pas du 'ori tahiti, qui servira de base à la candidature de notre pratique à l'UNESCO et qui est le premier outils concret mis à disposition des enseignants de la discipline;

- la mallette pédagogique des chants traditionnels, qui est également un outils formidable pour l'apprentissage des Himene.

Merci également aux enseignants concernés par le développement des classes CHAM/CHAD, qui ouvrent notre établissement sur le monde, immense, de l'éducation.

Je terminerai ce petit mot en vous demandant d'aider et de soutenir la tentative de battre le record du monde de Ukulele, que les Chinois ont à nouveau battu il y a quelques jours, et que le Fenua tentera de reprendre le samedi 24 février prochain à 17H, stade PATER. Nous aurons besoin de volontaires, musiciens et bénévoles, et nos propres musiciens assureront le cœur du dispositif soit par des répétitions générales, soit par l'animation de la journée.

Il y aurait encore beaucoup à dire. Je reste et demeure à votre écoute. Vive le Conservatoire, et bonne année à toutes et à tous."


Fabien DINARD

Notez cet article:
RECORD DU MONDE DE UKULELE : TOUS EN PISTE POUR LE...
FORMATION AUX ARTS GRAPHIQUES : « Passer de l'art ...

Sur le même sujet:

 

Commentaires

Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter
Déjà inscrit ? Connectez-vous ici
Invité
lundi 19 février 2018
Si vous souhaitez vous inscrire, veuillez saisir un nom d'utilisateur, mot de passe et nom.

Image Captcha